© 2019 Mad Madssen

La grande nav solo


L'HIVER FUT LONG POUR NOS PAUVRES PETITS DR 400

Terrain souvent fermé car inondé, météo trop venteuse, trop brumeuse, trop neigeuse, trop belliqueuse... grise mine côté pilotes également, alors à défaut de voler, on râle (un peu) contre le climat, et on rêve (beaucoup) des vols à venir au retour des beaux jours.



Durant ces longs mois, j'ai néanmoins la chance de voltiger régulièrement en CAP 10 (le terrain de Dreux est moins affecté par les fermetures que la plupart des terrains franciliens), ce qui me permet de continuer à progresser. (On reparlera voltige prochainement, promis!)

Petit à petit, la météo s'adoucit, les CAP partent en stage dans la Creuse, tandis que les DR 400 à Chavenay reprennent peu à peu leur activité. Au début, impossible d'aller trop loin, alors ça sera quelques tours de piste aux Mureaux et un petit tour à Persan avec Yves pour me réhabituer à la machine (l'occasion de gérer une intégration dans un circuit à fort trafic en auto info). Puis avec Benjamin, une petite nav particulièrement venteuse à Etampes (avec exercice de déroutement sportif à La Ferté Alais et ses collines dont je me souviendrai!).



PUIS LES CIEUX DEVIENNENT PLUS BLEUS

Benjamin me propose une grande nav de révision pour me préparer à la 150 NM. J'adore l'idée!

Côté pilotage et communications radio, tout se passe bien.

C'est une belle occasion de me remettre les pendules à l'heure, et de m'assurer d'éviter certaines bêtes erreurs à nouveau.



Après ce vol, mon instructeur me demande si je me sens prête pour cette triangulaire* . La dernière étape à passer pour pouvoir me présenter à l'examen pratique PPL. Ma réponse est évidemment oui, j'attends depuis novembre dernier... Et quelle chance inouïe quelques jours plus tard! Les conditions météo sont exceptionnelles ce mardi: ciel bleu sans nuages, température douce sans être chaude, pas trop de vent... Hors de question de laisser passer l'occasion!

* Triangulaire (ou 150 NM, ou grande nav solo): la dernière étape de formation au PPL. Consiste à réaliser un circuit triangulaire où il faut parcourir en solo plus de 150 nautiques (270km) en se posant sur deux terrains différents de son terrain de départ.


LA VEILLE DE MA NAV SOLO, JE PRÉPARE BIEN TOUT


Mise en place de ma stratégie "anti-co***ries":

- pour être sûre de ne pas oublier de prendre les "top", ça sera gommettes rose fluo sur ma carte papier

- toujours sur la carte, je surligne les fréquences de mes terrains de destinations, au cas où je les aurais mal copiées sur le log de nav

- je mets pleins de stylos dans mon sac


Le jour J, réveil d'humeur radieuse, je me rends à l'aérodrome, pleine d'entrain. J'ai même ajouté un log de nav vierge, d'autres cartes VAC* et une banane en cas de déroutement. Yves signe mon autorisation de solo, je fais le plein, et c'est parti!


* Carte VAC (Visual Approach Chart): la plupart des aéroports/aérodromes ont la leur. Il s'agit d'un plan avec les informations utiles pour le décollage, approche, atterrissage sur cet aérodrome.




CHAVENAY, FOX PAPA JULIET JE QUITTE LA FRÉQUENCE, À TOUT À L'HEURE!

Je suis sereine, concentrée... La technique des gommettes-à-top sur la carte fonctionne d'enfer, je n'en oublie aucun. Le contact avec le SIV* Seine Info me facilite les choses en m'informant que toutes les TMA* que je traverse sont inactives. Pas besoin de clairance radio pour transiter, je n'ai qu'à regarder autour de moi et suivre mes estimées (et refaire des "top" et "TRAC*" à volonté, n'ayant plus que ça à faire). Les vacances!


Après 1h de vol environ, arrivée à Blois. Un appareil de type militaire vient d'arriver et se garer non loin. Je me rends à la tour pour m'acquitter des formalités, mais portes verrouillées et personne ne répond à l'interphone... tant pis... Heureusement, de sympathiques membres de l'aéroclub m'accueillent, tamponnent mes carnets, et me font passer le bonjour à un des instructeurs de mon club. Retour vers mon avion pour la prochaine étape.


* SIV (Service d'Informations de Vol): Service d'information en vol s’appuyant sur un outil de visualisation radar, et mettant le pilote en contact avec un contrôleur aérien qui peut donner des informations au pilote.


* TMA: espace aérien où le transit est soumis à autorisation radio obligatoire.


* TRAC (ou TRAMER): petite checklist à effectuer régulièrement en vol pour s'assurer que tout se déroule bien



2ÈME ÉTAPE, BLOIS - LE MANS

Pas la plus évidente, car à part 2 mini villes près de Blois, il n'y a que des champs, le truc qui m'avait piégée l'autre fois... Je suis à nouveau en contact radio avec mon ami du SIV Seine Info. Un petit coup d'oeil exceptionnel sur mon GPS pour m'assurer que je ne mords pas dans la CTR* de Tours (le SIV ayant perdu mon signal, ils me font part de leur inquiétude à ce sujet, alors je les rassure, et leur garantis d'en rester loin).


* CTR (de l'anglais control zone ou control traffic region ), est un espace aérien réglementé, destiné à protéger les vols à l'arrivée ou au départ d'un aérodrome.


Dix minutes plus tard, Le Mans en vue à l'horizon. Je vise l'aérodrome au sud de la ville, facile à repérer grâce au stade non loin de la piste, et au beau circuit auto/moto des 24 heures.


En m'annonçant sur la fréquence du terrain, silence radio. Je re-vérifie la fréquence, tout est bon, mais toujours rien (je suis pourtant dans les horaires d'ouvertures de l'AFIS si je les lis en UTC)...

Des idées saugrenues me traversent l'esprit: "est-ce que ma radio fonctionne bien?" / "j'ai pourtant bien lu le Notam? peut être n'ai-je pas compris que le terrain est fermé aujourd'hui?"... Mais non, j'ai bien lu le Notam (ai compris que le message automatique en cas d'absence de l'agent est HS), et pour la radio c'est très peu probable, alors je poursuis en auto info, mais ouvre bien les yeux au cas où. Passage à la verticale, intégration en vent arrière 20, j'observe bien la piste en finale, prête à remettre les gaz au cas où j'y aperçois soudain des gens ou véhicules s'y baladant. Toujours rien, je pose l'avion. Un tel désert par un si beau temps et dans un si bel aérodrome me semblent suspects.

* AFIS (Airport Flight Information Service): type d'organisme de la circulation aérienne, rendant le service d'information de vol et d'alerte sur des aérodromes.

* Notam (de l'anglais NOtice To AirMen): ce sont des messages publiés par les agences gouvernementales de contrôle de la navigation aérienne dans le but d'informer les pilotes d'évolutions sur les infrastructures.



PEUT ÊTRE VAIS-JE ME FAIRE ARRÊTER PAR LES GENDARMES À L'ARRIVÉE?




Piste dégagée, je roule à l'avitaillement, fais le plein, et me risque à entrer dans l'aérogare. Je passe la porte, cherchant un signe de vie... Pas de gendarmes ni de fantômes, mais seulement l'accueil souriant des membres du personnel des lieux en pleine pause déjeuner... ouf, sauvée! Je règle ma taxe d'atterrissage, fais tamponner mes carnets, et profite du confort des installations pour une courte pause sandwich.

DERNIÈRE ÉTAPE, RETOUR CHAVENAY. L'AÉRODROME DU MANS REPREND VIE...


Un avion passe verticale, je redémarre mon DR 400, et entends l'AFIS à la radio. Je m'annonce, et informe que je me dirige vers le point d'attente Alpha de la piste 30. La sympathique agent m'informe que la piste 30 n'existe pas, mais la piste 20 oui. Je m'aperçois que j'ai la carte VAC de Blois dans les mains, au lieu de celle du Mans. Oups, autant pour moi!


Retour sans encombres, malgré une bonne partie du vol en plein milieu des champs, et une bonne dérive car vent plus fort que prévu (merci le VOR de Chartres). Il fait un peu chaud, et les thermiques s'amusent à secouer mon pauvre petit Papa Juliet qui n'a rien demandé, mais lui et moi on s'en fiche, on est contents. Il y a du colza partout. Le SIV Seine Info perd et retrouve souvent mon signal depuis ce matin, la touche "ident" a eu pas mal de boulot. J'aperçois la zone de voltige de Senonches au loin. Je longe la N12 et la regarde, pensant à mes nombreux trajets pour Dreux en voiture, bridés par ses panneaux de limitation de vitesse à 110km/h, puis regarde mon badin à 220km/h. *Mouahahaha!*


Je quitte Seine Info après les avoir remerciés de m'avoir tenu compagnie toute la matinée.

Les contrôleurs aériens de Chavenay reprennent leur service dans la minute où j'arrive sur la fréquence. Quelle synchronisation parfaite! Atterrissage tranquille sur la 23, je gare l'avion au parking, tout sourire... je suis pleine de joie! Un beau 1er vol solo pour cette année! Prête pour la prochaine étape: l'examen pratique!

Mad

Madssen