Piégée par mon instructeur!


Aujourd'hui, exercice de navigation vers Chartres avec Pascal. Au club house avant le départ, je lui demande de piéger le vol du jour.

Le première étape se déroule sans encombres, je trouve le terrain facilement, et après deux tours de piste, nous voilà sur le chemin du retour.


C'est là que mon instructeur décide de mettre un peu d'action. Amusé, il passe en mode "acteur" et m'annonce qu'on change de plan, qu'il détourne mon avion, qu'on doit livrer des stupéfiants à son pote Alfred dans un aérodrome imaginaire à Châteauneuf-en-Thymerais, qu'il n'est pas pilote et ne connait pas du tout la région. Je sens qu’on va se marrer... c'est parti!

Je regarde ma carte « région parisienne au 1/250 000 » et repère Châteauneuf, village à l'ouest de Chartres, c'est le seul à être proche d'un groupe d'éoliennes et antennes. Donc, cap vers ce village, que je repère immédiatement. L'exercice est trop facile, alors j’entends: "Allo Alfred? Tu dis que les gendarmes t'ont repéré? On change de lieu de rendez-vous? Le village de Senonches? Ok on arrive!". Je jette à nouveau un oeil sur la carte, la nouvelle destination est peu plus à l'ouest, facile. En complément, j’utilise le VOR de Chartres en flanquement pour m’exercer. L’aiguille indique l'opposé de la position supposée du terrain, pas logique... je réfléchis... ah, pas sur la bonne fréquence, je corrige. Ayant passé trop de temps le nez à l'intérieur de l'avion, j’ai une drôle de sensation lorsque je regarde à nouveau dehors. Châteauneuf semble plus gros que tout à l’heure, a perdu ses éoliennes, et ressemble tout à coup étrangement à Dreux. Réponse de Pascal: "Non, je ne crois pas que ce soit Dreux, mais reste loin de cette ville! Il paraît que les hélicoptères de la gendarmerie y rôdent souvent, il ne faut pas qu'on se fasse repérer!" Ce paysage m'est pourtant familier, mais il insiste... Je ne sais plus trop si c'est l'instructeur ou l‘acteur qui me parle, il n‘en démord pas et son ton est sérieux... crédule je lui fais confiance et me dis qu’après tout, c'est vrai que Dreux est censé être plus grand que cela. Je dois donc bien être à Châteauneuf...

Quelques minutes après, nous approchons un nouveau village, mais là encore, il y a des petites étendues d'eau que je ne vois pas sur la carte. Je n'y comprends plus rien, mais tant pis, nous sommes sûrement à Senonches. "Tu penses donc que c'est ici? Ok on livre la drogue ici alors!", me dit-il.


Comme par hasard, j'ai droit au coup de la panne moteur en campagne. Génial, j'aime bien cet exercice! Vitesse de plané: 135km/h, je repère un champ en face, et me prépare à m'y poser. Mon instructeur me dit "c’est trop loin on ne l'atteindra pas". Cette fois je ne suis pas du tout d'accord, je suis sûre de ma perception. Au fur et à mesure que je m'en approche, je sors le 1er puis 2ème cran de volets... effectivement on l'atteint, et une fois à la hauteur minimale pour ce genre d'exercice, remise de gaz.


"Ok, on a livré la came en la balançant par la fenêtre, mission accomplie! J'attends ma commission à l'arrivée!" lui dis-je, satisfaite.

Retour au terrain de départ. Au débrief, Pascal m'avoue que la mission a échoué que j'ai "livré le colis" au mauvais endroit, que je suis tombée dans le piège, et qu'il a dû se retenir de rire en me voyant m'auto convaincre que Dreux n'était pas Dreux.

Il voulait me démontrer qu'il est très facile de se faire induire en erreur par ses passagers. Ouais m'enfin là c'est mon instructeur, j'ai donc été particulièrement crédule, et il a été bon acteur.


Mais cela m'a permis d'expérimenter quelque chose d’intéressant: le phénomène de "je vois ce que je veux voir", dont on me parlait parfois. C'est impressionnant, notre capacité à ignorer la multitude de signes évidents que l’on ne sait plus où on est, et ce déni de la réalité pour se conforter dans l’erreur!


Aujourd’hui en livrant de la drogue imaginaire, j’ai appris à ne pas m’auto-escroquer ;-)

#ppl #facteurshumains #navigation #déroutement


© by Mad Madssen.