Aviation légère et idées reçues...


Avec plus de 40.000 pilotes privés répartis dans environ 600 aéroclubs, la France est de loin le pays européen où l'aviation légère est la plus prisée. Malgré cela, l'aviation de loisir reste quelque chose de peu commun dans la vie de tous les jours, et donc souffre de nombreuses idées reçues.

En voici certaines, que j'entends souvent, ou auxquelles j'ai moi-même longtemps cru.

PILOTER C'EST RESERVE AUX RICHES

Faux

Comme pour toute autre activité, il faut compter des frais d'inscriptions annuels et de l'achat de matériel (ici casque, cartes, règle...). Ensuite, on ne paie pas tout d'un coup, mais seulement en fonction du temps où l'on fait tourner le moteur de l'avion. C'est sûr que ça coûte plus cher que la course à pieds, mais ça reste relativement accessible (souvent plus qu'on ne le croit).

Ce qu'il faut savoir: - Le prix de location d'un avion école en aéroclub varie de 80€ à 170€ de l'heure environ, selon le lieu et le type d'avion. - Pour une formation PPL (Private Pilot Licence) il faut compter au minimum 2 vols de 30/40 minutes par mois - Sachant que les heures d'instruction sont à 90% assurées par des instructeurs bénévoles (merci à eux!), le prix supplémentaire payé pour les heures en instruction correspond au défraiement de leurs déplacements. - Les moins de 21 ans et les moins de 25 ans bénéficient de réductions et subventions.


- J'y ai croisé des pilotes de tout type de milieu social et métier

NB: ceci n'est pas une campagne anti tabac

IL FAUT AVOIR FAIT MATH SUP POUR PILOTER

Faux

Pas besoin de maîtriser les équations différentielles, en vol lors des navigations, de simples notions de calcul mental de type 2+7=9 sont utiles. Au sol, la partie théorique peut faire un peu peur à première vue, car il y a beaucoup de choses nouvelles à apprendre (9 matières différentes). Mais la pratique simplifie beaucoup les choses, il y a des sites d'entraînement très bien faits avec des modules de cours illustrés et des QCM (pour ma part, je dis merci Aerogligli!), les aéroclubs organisent des cours théoriques, et vos instructeurs se feront un plaisir de répondre à vos questions à tout moment.

Personnellement, j'ai trouvé l'examen théorique beaucoup plus agréable à passer que le code pour le permis de conduire: on a beaucoup de temps pour répondre, on peut corriger nos réponses, et pas de questions pièges ou trucs tordus.

MAIS N'EST-CE PAS UN UNIVERS MACHISTE?

Faux

Le guitariste de mon groupe de rock pratiquant le sport automobile, il me racontait parfois être regardé de travers lorsqu’il arrivait avec ses cheveux longs sur un circuit. Alors, en tant que nana avec un look un peu décalé, sachant qu'il y a encore moins de femmes qui pilotent des avions (elles seraient environ 8%), j‘avais peur du pire. Crainte qui s'est heureusement révélée totalement infondée (il y a forcément quelques exceptions, comme partout, mais assez peu pour que cela me fasse plutôt rire). C'est même tout le contraire.

J'ai rencontré et continue de rencontrer principalement des pilotes accueillant(e)s et bienveillant(e)s, des brevetés qui quand ils m'ont entendu faire part de mes difficultés, n'ont pas hésité à m'encourager et me dire que ça a été souvent pareil pour eux... jamais de remarque ou commentaire douteux faisant référence au fait que je sois une nana, des instructeurs super sympa qui traitent tout le monde de la même façon... L'ambiance dans l'aéroclub est généralement chaleureuse et bon enfant, et les gens, hommes ou femmes, sont toujours contents quand de nouveaux pilotes arrivent. Quel plaisir!

Type au t-shirt LOL: personnage fictif heureusement jamais rencontré / Pilote brune: Annie / Pilote blonde: Emmanuelle

JE NE PEUX PAS PILOTER CAR SUIS TROP JEUNE, TROP VIEUX, MYOPE...

Vrai et Faux

On peut passer le Brevet de Base dès 15 ans, et le PPL dès 17 ans. Il est bien sûr plus de plus en plus difficile d'apprendre à mesure que l'on vieillit, mais je croise régulièrement des élèves pilotes de tout âge, et Thierry mon instructeur m'a déjà parlé d'un "jeune" pilote qui s'y est mis à 70 ans.

Concernant l'acuité visuelle, pas besoin d'avoir 10/10. On peut piloter à partir de 7/10 après correction, tant que cette dernière ne dépasse pas +5/-5 de dioptrie. J'ai même croisé un pilote daltonien, qui néanmoins ne peut passer de qualification "vol de nuit" à cause de l'importance des couleurs dans cette configuration.

Grand monsieur: Michel / Avec la casquette: mon instructeur Thierry / Chien: photo piquée sur internet

COMMENT ETRE SUR QUE CA ME PLAIRA?

Avant de se lancer dans un PPL, on peut tâter le terrain de plusieurs façons...

- Voler avec un(e) ami(e) pilote pour voir ce que ça fait, et il peut même vous laisser le manche quelques minutes en vol si l'air n'est pas turbulent (chose que j'ai fait)

- Effectuer un "vol découverte" (proposé par la plupart des aéroclubs pour un peu plus d'une centaine d'euros, qui consiste généralement en une leçon de 30 min pilotage-découverte avec un instructeur précédée d'un briefing au sol)

- Tenter une "formule découverte", version améliorée du vol découverte, qui consiste en quelques leçons de pilotage pour apprendre quelques bases

- Parcourir ce blog génial et lire tous mes posts intégralement si ce n'est pas encore fait

- Lire "Ma Licence de Pilote Privé d'Avion", journal de bord d'Annie Monnier durant sa formation de pilote


© by Mad Madssen.